Intore za Dieulefit

 A c t u a l i t é s 

Rwanda : le nouvel ambassadeur de France, un lanceur d’alerte» d’avant le génocide

En nommant Antoine Anfré ambassadeur de France à Kigali, Macron reconnait indirectement le rôle de ceux qui ont tenté, en vain, d’alerter sur les risques du soutien de la France à un régime qui préparait le génocide des Tutsis de 1994.

par Maria Malagardis

publié le 14 juin 2021 à 20h20

Il est parfois risqué d’avoir raison trop tôt. Mais l’Histoire n’est jamais définitivement écrite, et ceux qui ont été ostracisés, pour avoir fait preuve de courage, finissent souvent par être récompensés.

En proposant Antoine Anfré au poste d’ambassadeur de France au Rwanda, choix validé samedi par Kigali, Emmanuel Macron ne concrétise pas seulement le rétablissement des relations diplomatiques entre deux pays aux relations tumultueuses depuis le génocide de la minorité tutsi en 1994. Il offre ce poste, qui reste délicat, à un homme qui peut aujourd’hui être assimilé à un lanceur d’alerte, pour avoir analysé avec lucidité, et dès 1991, les dangers d’un soutien français à un régime acculé, et emporté dans une spirale mortifère.

 

Source : Libération du 14-06-2021

 


 Réactions au discours du 27 mai 2021 du Président Macron à Kigali

  Le discours du Président Macron à Kigali-  au Centre mémoriel de Gisozi,( où reposent les restes de 25000 personnes tutsi, tuées à Kigali, lors du génocide de 1994) a été diversement accueilli. Voici quelques réactions : 

  1) Le Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR), créé par Alain et Dafroza Gauthier en 2001.pour traduire en justice les personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide des Tutsi de 1994, elles ont trouvé refuge sur le territoire national « De pardon, il en est bien question, mais pas celui de la France aux rescapés: « Seuls ceux qui ont traversé la nuit peuvent peut-être pardonner, nous faire le don de nous pardonner ». Les rescapés et les familles de victimes ne peuvent se contenter d’un discours lénifiant et compatissant. Ils ont besoin de JUSTICE. Ils espéraient une demande de pardon. Le président MACRON, comme on le redoutait, n’a pas eu le courage de braver la classe politique française qui, de gauche à droite, ne voulait pas entendre parler de repentance. 

  2) Les rescapés du génocide, Valérie Mukabayire, dont une partie de famille a été massacrée, est présidente de l’ONG Avega Agahozo, qui aide les veuves du génocide ( soutien médical, financier et psychologique). Elle apprécie le discours du Président Macron : il a souvent reconnu la responsabilité de la France, affirmant qu’il y a eu un seul génocide, celui des Tutsi. Elle est rassurée que la justice va poursuivre tous les génocidaires réfugiés en France. La reconnaissance de la faute et le soutien dans la douleur valent beaucoup plus que des excuses. Quand Macron, dit « seuls ceux qui ont traversé la nuit peuvent peut-être pardonner, nous faire le don de nous pardonner », elle répond : Le pardon est aujourd’hui dans notre cœur, notre vie, notre culture. Puisque nous avons pardonné à nos génocidaires les crimes qu’ils ont commis, nous pouvons pardonner à tout le monde. »
 
  3) Guillaume Ancel, ancien lieutenant-colonel de l’armée française, vétéran de l’opération, témoigne du rôle de l’armée à Bisesero . En voici un résumé : « La vraie mission de Turquoise fixée par l’Elysée : stopper les Tutsi plutôt que les génocidaires. Ainsi des soldats croisent les survivants tutsi des collines de Bisesero, l’ordre est donné de les laisser à ceux qui les massacrent : les génocidaires. Trois jours plus tard, ses camarades, désobéissant, portent secours aux rescapés de Bisesero, ils en sont blâmés. Puis notre armée crée, sur ordre, une « zone humanitaire sûre » qui sauve uniquement l’armée des génocidaires. Les organisateurs du génocide se présentent à Cyangugu, où se trouve un groupement militaire français, dont il fait partie. Son commandant est obligé d’escorter les responsables du génocide jusqu’à la frontière du Zaïre, devenu Congo, alors qu’il avait réclamé de les arrêter. Ces criminels conservent la Radio Mille Collines, qui diffuse leurs ordres odieux, ils forcent la population hutu à s’exiler pour continuer la destruction des Tutsi. Notre armée leur livre à nouveau des armes. »  

  Voici des réactions bien différentes, selon la position de chacun. 

  Citons encore celle d’un couple rwandais : "Avec profondeur, il a élégamment demandé pardon aux victimes et rescapés, seuls capables de faire ce cadeau. Le plus beau pour nous, c'est l'appel qu'il fait pour construire l'avenir pour les enfants des deux pays." 

  Alors, restons sur cette promesse de l’avenir pour les jeunes de nos deux pays ! Sans oublier de réclamer que la justice soit faite dans notre pays : Des dizaines de présumés criminels contre l'humanité ont pu se réfugier en France sans être inquiétés par la justice. Comment expliquer que certains n'aient toujours pas été jugés, en dépit des plaintes déposées depuis, parfois, plus de deux décennies ?      
  A ce jour, seuls trois d'entre eux ont fait l'objet d'un procès en France. 

  Association Intore za Dieulefit - 10-06-2021

Dieulefit, 07 Avril 2021

Chers amis, 
 
Il y a 27 ans commençait le génocide des Tutsi au Rwanda qui devait faire un million de morts en 100 jours. 
 
Aujourd'hui, nous ne pourrons pas nous réunir nombreux devant la stèle comme nous l'avons fait les autres années, covid oblige, mais nous y déposerons, à 14h30, avec
Mr le Maire de Dieulefit, une gerbe afin de commémorer la mémoire de toutes ces personnes, hommes femmes enfants, exterminées juste parce qu'elles existaient . Et nous serons en lien avec tous nos amis Rwandais. Notre présence, c'est ce que nous pouvons apporter quand les mots ne peuvent plus dire ce que l'on voudrait communiquer 
 
Nous aurons une pensée particulière pour nos amis qui ont perdu leurs familles et pour tous ceux des collines de Bisesero, tous ceux qui sont morts ( plus de 50000), et les quelques survivants qui vivent maintenant avec ces terribles souvenirs. 
 
Je vous joins un lien, d'un podcast du monde qui explique très clairement comment s'est préparé le génocide, le rôle que la France y a joué, ce qui s'est passè à la fin du mois de Juin, à Bisesero, alors que l'opération Turquoise y était déployée. On y entend aussi la voix de notre ami, et Président d'Honneur, Jean Carbonare, qui en 1993 a essayé, en vain, d'alerter la France. 
 

Très amicalement, pour les Intore de Dieulefit 
 
Anne-Marie Truc - Présidente
L'Assemblée Générale
de l'Association Intore za Dieulefit

s'est tenue le samedi 02 Mars 2019,
à Dieulefit,


A été présenté le chantier de construction de la Maison de la petite enfance de Bisesero, financé par l'association. (Voir rubrique "Projets et réalisations au Rwanda")



Septembre 2019 - Inauguration du Centre Birara
pour la petite enfance, à Bisesero.

Voir pages : "Voyages" et "Projets et réalisations au Rwanda"

Chers amis 
 
C'est avec une très grande tristesse que nous venons d'apprendre le décès de notre ami Naasson Munyandamutsa. 
Naason faisait parti de nos amis les plus chers et tous ceux d'entre vous qui ont suivi nos séminaires à Beauvallon le connaissaient bien. 
Son humanité sa bonté et sa brillante intelligence nous ont marqués profondément.Il y a des rencontres qui nous bouleversent et nous font avancer sur notre chemin de vie. 
Pour moi et pour beaucoup d'entre nous Naasson a était un tel révélateur et nous l'aimions et lui étions ,o combien reconnaissants de trouver le temps dans son emploi du temmps tellement occupé, de trouver des moments pour venir partager avec nous, à Dieulefit. Ce sont des moments inoubliables! 
C'est lui qui nous avait dit un jour où nous le remercions à la fin d'un séminaire sur la Réconciliation : " Merci, merci , c'est bien trop court pour dire ce que l'on a dans le cœur" , et il s'était mis à chanter cette magnifique berceuse rwandaise où la mère rassure l'enfant et lui dit 'je te donnerai du lait, personne ne pourra te faire de mal.' 
Nous pensons à lui très fort et à sa famille. 
 
Anne-Marie
 Truc - Présidente

 

Chers amis

C'est avec une profonde tristesse que je vous informe de la mort, samedi, de notre ami, Francis Videau, qui était le trésorier de notre association Intore.

La plupart d'entre vous le connaissait bien et savent combien il nous était cher.

Francis et Paulette ont été comme des parents pour nous. Des parents tendres, généreux, précieux, qui étaient au cœur de tous nos engagements.

Je pourrai parler longtemps de Francis, de sa bonté de son sourire malicieux, de son honnêteté, de sa fidélité dans tous ses engagements.

Vous qui le connaissiez, vous savez que je suis encore bien en dessous de la réalité.

Je me rappelle avec émotion du premier voyage au Rwanda que nous avions fait ensemble, première découverte, bouleversante, en compagnie d'Ezéchias et de Naasson et je vois le chemin parcouru.

Nous sommes de tout cœur avec Paulette, son épouse et toute sa famille.

 

Anne-Marie Truc - Présidente d'Intore za Dieulefit

le 02 novembre 2014